Mairie du Lavandou > Actualités de la ville > Cérémonie de l’Armistice du 11 novembre 1918

Cérémonie de l’Armistice du 11 novembre 1918

Dimanche 11 novembre 2019, M. le Maire, Gil Bernardi, les élus du Conseil municipal, les membres des associations patriotiques, les porte-drapeaux, la Gendarmerie et les pompiers, ont commémoré l’Armistice du 11 novembre 1918, accompagnés par les élèves des écoles de Saint-Clair et de Cavalière, devant de nombreux Lavandourains.

 

Discours de Gil Bernardi prononcé au Square de Héros

 

Ce désastre là ne devait plus jamais se reproduire. Et la Grande Guerre – promis, juré… sur la croix des tombes de tant de martyrs – serait la « der des ders», suivant les voeux des rescapés et l’engagement solennel des populations du « Vieux Continent » ; saignées à blanc, au fil des atroces combats qui avaient emporté près de 10 millions de combattants, généré tant de douleurs chez les « gueules cassées »… 21 millions de blessés, de mutilés, d’éclopés… et provoqué tant de malheur et de veuvages dans les familles… et de sacrifices ou de privations pour les populations civiles. Sans oublier les 8 millions de disparus, les dégâts matériels énormes, les villages anéantis, rayés de la carte ; et les consciences lourdes de tant de gâchis.
Plus jamais…ça ! Avaient clamé les gouvernements. A l’unisson.
Il faut dire que l’hécatombe fut effroyable… dont le symbole, Verdun, et ses 500.000 cadavres ou disparus, tombés au Champ d’Honneur, pulvérisés par le « marmitage » incessant des obus, durant près d’un an de vains combats ; Verdun avait marqué les esprits. Et ces centaines de milliers de soldats, acheminés depuis les Colonies, jetés dans la terrible boucherie, depuis le Tonkin jusqu’à l’Afrique toute entière et l’Océanie, jusqu’aux troupes Américaines, avaient conféré une dimension mondiale à ce conflit européen. Oui, ce fut bien le premier conflit mondial.
Non, une telle folie meurtrière ne devait plus se reproduire !

 Retrouvez la suite du discours en téléchargement

 

En images

Articles en relations

Commentaire