Le Lavandou > Actualités de la ville > Retour sur la cérémonie du 8 mai

Retour sur la cérémonie du 8 mai

Dimanche 8 mai 2022, le maire, Gil Bernardi, les élus, les anciens combattants, porte-drapeaux et représentants des associations patriotiques étaient réunis au square des Héros pour commémorer la victoire du 8 mai 1945 des Alliés sur l’Allemagne nazie.

Discours de Gil Bernardi, maire du Lavandou

Cette année, la commémoration du 77ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945 a un goût bien amer !

Tant de fois, nous nous sommes réunis ici-même, au pied de notre monument aux morts – si lourd de mémoire et précieux de symbolique – pour célébrer, tantôt l’Armistice du 11 novembre 1918, comme la victoire du 8 mai – pour nous recueillir devant le sacrifice de tant de combattants, et nous incliner sur la disparition tragique de tellement de victimes de la Grande Guerre et du second conflit mondial ! – pour fêter leurs victoires – pour les écouter, aussi. Car cette trop longue liste de noms nous parle. Car nos héros sont bien vivants dans les patronymes de leurs familles comme dans nos cœurs.

A nous persuader que tous ces héros n’étaient pas morts pour rien ; qu’ils étaient tombés pour un idéal de Paix, accompli ; qu’ils s’étaient sacrifiés pour que nous vivions libres du Tyran et de l’oppression, dans ce vieux continent, cette Europe affranchie désormais des risques d’affrontements, du fracas des bombes, de la terreur des canonnades, de l’exode des populations civiles, des massacres et des crimes de guerre. Pétris d’espérances en la sagesse humaine, des vertus de leur exemple ; convaincus de temps heureux, insouciants, gagnés au prix du sang versé, des murs abolis et de la foi en la fraternité humaine. Dans un monde sûr, et libre. Grâce à eux. Grâce à leur victoire, acquise chèrement : au prix du sacrifice de leurs vies. Grâce à nos soldats. Grâce à la résistance de l’Armée de l’ombre aussi.

Tant de fois, nous nous sommes rassemblés pour ce devoir de mémoire, en ce lieu sacré, avec nos Anciens Combattants et nos porte-drapeaux ; pour célébrer la victoire de nos armées, et tout autant, la victoire de la paix sur la guerre ; pour nous remémorer les événements douloureux, leurs logiques mortifères d’escalades implacables, qui avaient conduit à ces désastres. Pour en tirer les enseignements, et nous accorder sur un vœu pieux : plus jamais ça ! Plus jamais la folie de la guerre.

Et voilà que nos certitudes s’effondrent ; que la guerre revient au cœur de l’Europe ! …

Lire la suite du discours

Articles en relations

Commentaire