Mairie du Lavandou > Actualités de la ville > Retour sur les commémorations du 77ème anniversaire du Débarquement de Provence

Retour sur les commémorations du 77ème anniversaire du Débarquement de Provence

À l’occasion du 77ème anniversaire du Débarquement de Provence, dimanche 15 août 2021, le maire, Gil Bernardi, les maires des Communes voisines – Jean Plénat, François De Canson, François Arizzi – les élus du Conseil municipal, les membres de l’amicale des Commandos d’Afrique dont Pierre Velsch, les porte-drapeaux, les anciens combattants et les représentants des associations patriotiques ont participé aux commémorations.
Après avoir déposé une gerbe au carré militaire du cimetière, à la stèle du Maréchal Juin et au mémorial de La Fossette le 14 août, les membres des associations patriotiques et les élus se sont rendus devant la stèle du Cap Nègre pour un dépôt de gerbe en mer, dimanche 15 août. Dans la continuité, la cérémonie officielle qui  rassemblait un public venu nombreux, s’est déroulée au Square des Héros.

Les festivités se sont poursuivies le dimanche soir avec le traditionnel feu d’artifice et le lundi 16 août avec le spectacle aérien de la Patrouille de France et du Rafale Solo Display. Un beau programme qui a émerveillé des milliers de spectateurs.

Dans le respect des protocoles en vigueur, le passe sanitaire était nécessaire pour accéder à l’apéritif du 15 août sur le parvis de l’Hôtel de Ville et dans le village de la Patrouille de France où les pilotes ont effectué la séance de dédicaces.

Allocution de Gil Bernardi, Maire du Lavandou

“La fin de la nuit est proche. Les gens du pays l’ont senti. Plus qu’ils ne l’ont appris grâce aux message codés de Radio Londres, qu’une poignée d’entre-eux ont tenté de déchiffrer, rassemblés clandestinement dans la petite cuisine de Louis Vassalo, dans le crachouillement du poste. Et soudain, le village s’est vidé de ses habitants, à la fois soulagés des signes annonciateurs de la libération et apeurés que le débarquement de Provence puisse avoir lieu aussi près d’eux, peut-être même dans la rade idéale de Bormes. Où les tétraèdres de béton barrent les plages, le fossé antichar de la plaine du Batailler s’est garni de mitrailleuses, et les chevaux de frise comme les réseaux de barbelés ont barré le littoral. Où les places défensives ont remplacé les pinèdes décimées par les requis.

Depuis le débarquement de Normandie, dont les nouvelles ne sont pas fameuses, l’espoir est revenu. L’espoir du grand jour de la liberté retrouvée.

Et puis les avions de chasse américains ont fait leur apparition, maitrisant le ciel entier, qui depuis le vendredi 11 août ont attaqué sans relâche les fortifications de la côte, s’acharnant impitoyablement sur ce Sudwall qu’il faut réduire.

Raymond Forneron en sait quelque chose, dont la moitié de la main a été emportée par les balles traçantes, et le pointu « Jeannine » perforé par les projectiles destinés au sémaphore de Bénat. Les frères Piacenza l’ont secouru et le docteur Durbec lui a recousu ce qui lui restait de main. Mais à présent, les pêcheurs sont bien décidés à ne plus sortir en mer.”

Lire la suite du discours

Les festivités du 15 août en images

Articles en relations

Commentaire