Le Lavandou > La ZMEL de Cavalière

La ZMEL de Cavalière

Organisation du mouillage et préservation de l’herbier de posidonie dans la baie de Cavalière avec la création d’une Zone de Mouillage et d’Équipements Légers (ZMEL)

 

Dès 2021, soucieuse de concilier l’ensemble des usages dans la baie de Cavalière et de protéger les herbiers foisonnants de Posidonie, la Commune du Lavandou a initié un projet de création de Zone de Mouillage et d’Equipements Légers (ZMEL). Les principaux objectifs de cette ZMEL, aire d’accueil et de stationnement temporaire des navires, dispositif écologique et réversible, sont d’organiser le mouillage et de mettre un terme aux impacts des ancres et chaines sur les fonds marins.

Ce projet concerne l’Anse de Cavalière, s’étendant du Cap Nègre à la pointe du Layet, dont la plage, d’un linéaire de 1,4 km, constitue l’une des plus grandes plages du Lavandou. Au regard des nombreux enjeux qu’elle concentre, cette baie a été identifiée comme prioritaire dans la stratégie Méditerranéenne de gestion des mouillages. En effet, à Cavalière se côtoient baigneurs, plaisanciers (moyenne de 68 bateaux par jour en période estivale, avec des pics jusqu’à 130 bateaux), adeptes d’activités nautiques ou encore établissements de plage, dans un cadre paysager majestueux. De plus, elle concentre une myriade d’enjeux environnementaux qu’il apparait nécessaire de préserver.

Ce sont 127 espèces qui ont été recensées dans la baie de Cavalière, preuve de son caractère exceptionnel et de la diversité que l’on y rencontre. Au-delà de 80 mètres du rivage et des fonds sableux s’étend un remarquable herbier de Posidonie de plus de 80 hectares. La baie de Cavalière renferme également un site singulier : au droit des plages du Cap Nègre est visible un récif barrière, type de formation d’herbier dont les feuilles de Posidonie affleurent à la surface. Afin de préserver cette formation très rare et visuellement superbe, le récif barrière est protégé depuis 2022 par une ZIM (Zone d’Interdiction au Mouillage). Depuis cette même année, un balisage écologique est mis en place dans la baie. Les bénéfices de la Posidonie, plante marine à fleurs, uniquement présente en Méditerranée, ne sont plus un secret : abri pour les espèces animales et végétales, atténuation de la houle et des vagues, maintien du sable par les banquettes sur les plages production d’oxygène, absorption du CO2. Sa valeur économique est estimée à 100 000 € par hectare et par an, elle est trois fois supérieure à celle du récif corallien, dont les services écosystémiques sont davantage connus et mis en valeur.

Malgré son statut d’espèce protégée, la posidonie demeure vulnérable, sa croissance étant très lente et sa restauration extrêmement complexe. Les menaces qui pèsent sur elle sont multiples, les ancres et les chaines de la plaisance en font partie. C’est dans ce contexte que le déploiement de la ZMEL prend tout son sens.

 

La ZMEL de Cavalière couvre l’ensemble de la baie, sur 86 hectares, du Layet au Cap Nègre. Elle comprend 71 bouées de mouillage, majoritairement pour des navires de passage jusque 40 mètres, mais aussi pour un usage « riverain » et « commercial ». En complément, une zone de mouillage libre de 3,2 ha est disponible au Layet, sur fonds sableux, pour les bateaux de moins de 16 m. Le mouillage est interdit partout ailleurs afin d’éviter toute dégradation de la Posidonie.

D’un point de vue plus technique, les dispositifs utilisés dans le cadre de la ZMEL seront des ancres à vis pour les fonds sableux et des ancres hélicoïdales dans la Posidonie. Ces types d’ancrages permettent d’éviter toute dégradation des fonds marins. Seuls deux corps morts, éco-conçus et biosourcés, seront implantés sur fonds sableux pour les bateaux de taille comprise entre 24 et 40 m.

Enfin, il est important de noter que la ZMEL est gratuite la journée, sauf pour les bateaux de plus de 16 m, et payante la nuit quel que soit la taille du bateau, dans la limite de 7 nuits consécutives. Dès sa mise en place, la ZMEL sera ouverte annuellement du 1er mai au 30 septembre. Pour 2024, année de mise en place effective de la ZMEL, l’ouverture est prévue pour l’été. Un site internet dédié sera disponible afin de réserver une bouée pour la nuit.

Les étapes clés

  •  2021-2022 : Études de faisabilité / études de fréquentation, paysagère, inventaire des habitats marins (GIS Posidonie) / diagnostic, dimensionnement, élaboration des dossiers réglementaires et concertation
  •  Novembre 2021 – Juin 2022: 3 commissions des usagers (avec l’ensemble des acteurs de la mer et du littoral du Lavandou) – et 2 comités de Pilotage (en présence des Services de l’État).
  •  Novembre 2022 : début de l’instruction par les services de l’État
  •  20 décembre 2023 : Commission Nautique Locale organisée par les services de l’État
  •  Mars-Avril 2023: Enquête publique
  •  Juin 2023 : Avis favorable du Commissaire enquêteur

La ZMEL en chiffres

  •  86 ha: périmètre de la ZMEL
  •  83 ha: superficie recouverte d’herbiers de Posidonie comprise dans la ZMEL
  •  3,2 ha: zone de mouillage libre sur fonds sableux (pour les bateaux de moins de 16 m)
  •  71: nombre de bouées prévues dans la ZMEL
    • – 41 pour navire jusque 8 m
    • – 18 pour navire jusque 12 m
    • – 6 pour navire jusque 16 m
    • – 4 pour navire jusque 24 m
    • – 2 pour navire de 24 à 40 m
  •  115 000 : montant HT des études préalables
  •  500 000 : montant HT des travaux de mise en place de la ZMEL
  •  80 %: soutien financier extérieur (Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et Conseil Régional Sud PACA, appel à projet de la DIRM) pour la phase étude puis travaux

Les objectifs de la ZMEL :

  • – Protéger le milieu marin et en particulier les herbiers de Posidonie
  • – Préserver le patrimoine paysager et les activités humaines de l’Anse de Cavalière
  • – Améliorer la gestion de la fréquentation et l’organisation des usages
  • – Renforcer la sécurité de la navigation et le confort des plaisanciers

Cette ZMEL fait partie intégrante de la stratégie globale de la Commune du Lavandou de protection du trait de côte, de lutte contre l’érosion et de préservation des enjeux environnementaux, notamment de la Posidonie, tout en conciliant l’ensemble des usages.